Quatrième ville, Rennes

Rennes a une grande histoire que je vais vous racontez mais voici Rennes de nuit:

 

Stitched Panorama

 

Et son histoire : à l’époque gauloise, se trouve à l’emplacement de l’actuelle Rennes un endroit nommé Condate, ce qui en gaulois signifie « confluent » dont il est aujourd’hui difficile d’évaluer l’importance avant la conquête romaine : pour Louis Pape, qui cite Ptolémée pour source, Condate est déjà une ville, capitale des Redones. Il la situe aux alentours de la cathédrale, des portes Mordelaises et de la place de la Mission.

L’arrivée des premiers chrétiens date du milieu du ive siècle et leur premier lieu de culte aurait été établi dans l’église du Vieux-Saint-Étienne, hors de l’enceinte gallo-romaine. Toutefois, pour Louis Pape, l’organisation du diocèse de Rennes ne remonte pas au-delà du début du V e siècle, le plus ancien évêque connu de manière sûre est Athéniusn ayant participé au concile de Tours de 461 et à la réunion conciliaire de Vannes de 465. Sans doute pour des raisons de sécurité maritime, un redécoupage administratif fait que la Civitas perd en faveur d’Aleth toute sa partie nord-ouest ainsi que son accès maritime. Ces nouvelles limites correspondant à peu près à celles de l’évêché de Rennes ultérieur.
En 1795, Hoche installe dans les locaux de l’ancienne abbaye Saint-Melaine le quartier général de l’armée de l’ouest. Au printemps le traité de la Mabilais négocié avec plusieurs chefs chouans semble instaurer une trêve. Toutefois le débarquement de Quiberon marque la reprise des opérations militaires jusqu’en 1796 où Hoche, parallèlement à une répression sanglante, tolère les prêtres réfractaires dans le but de détacher les paysans de la contre-révolution. En 1797, la reprise de la politique anti-chrétienne par le Directoire, puis l’instauration de la conscription l’année suivante enfin la loi des otages du 12 juillet 179989, déclenchent la reprise de la guerre. La ville de Rennes est toutefois épargnée par les Chouans.

la ville a perdu plus de 30 % de ses habitants;
La production industrielle de 1799 ne représente que 20 % de celle de 1788

 

800px-MuséeBretagne_stèle_PostuminusStèle de Titus Flavius Postuminus évoquant Mars Mullo

 

Le XIX e siècle est marqué par une vigoureuse reprise démographique: de 1820 à 1881 la population de Rennes passe de 30 000 à 60 000 habitants. Le solde naturel étant largement négatif cette croissance provient surtout de l’arrivée des ruraux à la recherche de travail après la fin des grands travaux (creusement de canaux, voies de chemin de fer). Et Rennes ne marque souvent qu’une étape avant la sortie de la Bretagne vers la région parisienne, essentiellement. Cependant à l’échelle de la France elle passe du 20 e rang (1801) au 21 e (1911)… la perte sous la Révolution de ses fonctions provinciales en est la principale cause.
En 1994, la baisse des prix du poisson, la dégradation des ventes et la concurrence des autres pays européens entraînent une crise des marins-pêcheurs bretons. À l’occasion de la visite du premier ministre Édouard Balladur, cinq mille personnes se déplacent à Rennes le 4 février 1994 et se trouvent bloquées devant la préfecture par les CRS. La manifestation dégénère en émeute lors de l’entrée dans le centre-ville : des pavés sont lancés, plusieurs vitrines de magasins sont brisées et de violentes confrontations avec les forces de l’ordre s’engagent.Après plusieurs heures d’émeutes dans le centre de Rennes, un incendie se déclare sur la toiture du Parlement de Bretagne. La piste la plus communément admise quant au déclenchement de l’incendie est une fusée de détresse utilisée par les manifestants.
En 1989 est prise la décision de construire une ligne de métro à Rennes. La ligne a comportant 15 stations est inaugurée en 2002

 

Laisser un commentaire

Amateurdephotos |
✍️ Sur le fil de Salomé ~ j... |
Eleophoto |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Art Drone Image
| Journalmila
| Souvenirs de Nantes